Nous partons aujourd’hui à la découverte de Velika Planina, un alpage de haute-montagne. C’est le plus haut de Slovénie, culminant à plus de 1600 mètres, et qui s’étend sur plus de 577 hectares. Il est entouré de pins, d’épicéas et de dolines de karst. Cet alpage se divise en trois villages : Velika Planina, Mala Planina et Gojska Planina.

 

Sommaire du guide touristique de Velika Planina

 

Un peu d’histoire

Les premières traces d’habitation remontent à la Préhistoire. Les spécialistes s’accordent à dire que les premiers habitants avaient construit des abris en bois et dressé des tentes. Deux haches datant du XIIIème siècle avant J-C ont été retrouvées, ainsi que deux péronés datant des Vème et 1er siècles avant J-C. Aux alentours du IXème siècle, les deux activités principales étaient la pâture et la fabrication de fromage.
Même si l’alpage est la propriété commune de ses habitants, chaque personne en est responsable, et ce depuis le 16ème siècle. Ce qui signifie que chaque vacher doit prendre soin de son bétail. Il est aussi libre de faire son propre barattage et de créer son propre fromage. Cependant, un comité de gardiens de troupeau est élu afin de maintenir l’ordre dans l’alpage.

velika planina
Huttes à Velika Planina

L’habitat

Velika Planina est situé sur un sol calcaire et tire sa notoriété de ses huttes rondes. Peuplé durant la saison estivale, l’alpage est constitué par ces fameuses huttes en bois, de couleur grise ou parfois noire (en raison du vernis appliqué afin de protéger le bois). La base de chaque hutte est carrée mais un espace aménagé tout autour est réservé au bétail, ce qui lui confère cette forme ronde particulière. Excepté la porte d’entrée, elle ne possède aucune ouverture. La première hutte date du XVIème siècle et ressemblait de très près à la hutte Preskar que l’on trouve aujourd’hui.

La hutte Preskar

La hutte Preskar est la plus grande hutte de l’alpage. Construite sur des plaques de bois (lopniki) après la Seconde Guerre mondiale, le village ayant été détruit par les Allemands, ses caractéristiques sont restées les mêmes que les premières huttes grâce à Vlasko Kopač, un architecte slovène.

L’intérieur de la hutte se divise en deux parties : l’espace central, où vivait le vacher, et l’espace autour, réservé au bétail. Le tout est recouvert d’un toit ovale fait de bardeaux. Même si l’espace central ne possède aucune ouverture, salle de bain, couloir ou autre, l’équipement était néanmoins adapté pour les tâches que le vacher devait réaliser. Il y avait un feu central avec un trépied et une gamelle pour le fromage, des ustensiles de cuisine, un lit, des étagères avec des pots pour le lait, les barattes et les passoires en laine.
Cet héritage a pu être préservé au fil des années. Aujourd’hui, la hutte de Preskar attire de nombreuses personnes durant la saison estivale.

Chapelle Sainte-Marie-des-Neiges

Velika Planina dispose aussi d’une chapelle : la chapelle Sainte-Marie-des-Neiges. Elle fut construite en 1939 selon les plans de l’architecte slovène Jože Plečnik, et reconstruite en 1988 à la suite de sa destruction.

 

velika planina artisanat
Ustensiles en bois

L’artisanat

Les pots

Très utilisés par le vacher, les pots en bois, céramique et émail ont plusieurs utilités : transporter de l’eau ou du lait, fabriquer du fromage, ou servir de récipient pour le lavage ou la cuisine. La collection de Kopac contient plusieurs pièces très intéressantes, toutes faites à partir du même tronc d’arbre. Aujourd’hui encore, ces bols ont gardé la même utilité. Mais l’ustensile le plus particulier est le « Skutenka » (illustration du milieu), un linge de forme conique attaché à une branche plantée dans le mur, qui servait à l’affinage du fromage. Un récipient était placé en dessous afin de recueillir le petit-lait.

Le fromage

Quand il est encore frais, le fromage trnic est décoré grâce à un couteau de bois appelé « pisava ». On trouve cette tradition uniquement à Velika Planina.
Ce fromage est extrêmement salé et moulé en forme d’oignon. Il est ensuite fumé au feu de bois. Il était autrefois une offrande pour des amis ou pour ceux méritant une attention particulière.

Retrouvez toutes les informations sur Velika Planina sur le site officiel.

Il n’y a pas à dire, Bled est un village tout droit sorti d’un décor de conte de fée : un lac couleur émeraude, un château médiéval au bord d’une falaise, une église sur une île aux 99 marches…

Que ce soit en hiver, sous la neige ou sous un soleil radieux, Bled est un incontournable de la Slovénie.

 

Sommaire du guide touristique de Bled

 

Son histoire :

L’histoire de Bled débute en 1004, lorsque la commune est cédée aux évêques de Brixen (Tyrol du Sud). La région fit partie de l’Empire d’Autriche-Hongrie jusqu’en 1918. Elle passe ensuite sous la tutelle du Royaume de Yougoslavie, puis de la République Socialiste de Slovénie. Elle a notamment accueilli le maréchal Joseph Tito, qui y a construit sa résidence secondaire en 1947. Il faudra attendre cinq ans après l’indépendance de la Slovénie (1991) pour que Bled devienne une municipalité indépendante.
Sa mise en tourisme date de 1854, lorsque Arnold Rikli (médecin suisse) décide d’investir et d’en faire une station thermale. Le nombre de touristes explose en 1870, après la création d’une ligne ferroviaire.

 

Que visiter à Bled ?

 

Le lac de bled gelé
Le lac de bled gelé

Bien sûr, Bled a ses propres incontournables :

– Son lac :

Peut-on parler de Bled sans évoquer son lac ? Je ne pense pas. Magnifique en toute saison (mais nettement plus agréable en « hors-saison », c’est-à-dire d’octobre à fin mai, car beaucoup moins touristique), faites-en le tour à pied ou à vélo. En été, les baignades sont fréquentes et en hiver, s’il fait assez froid, le lac sera suffisamment gelé pour marcher dessus.

 

– Son île :

A bord d’une gondole appelée « pletna » (et donc avec un authentique gondolier !) ou d’une barque pour les plus motivés d’entre vous, allez faire un tour sur cette île. L’église succursale et sa tour clocher sont des merveilles de l’époque médiévale et baroque. On raconte même que, au moment de tirer sur la corde au centre de l’église, il est d’usage de faire un vœu : si la cloche sonne, votre vœu sera exaucé.

 

– Son château médiéval :

Perché à plus de 100 mètres, il offre un point de vue imprenable sur le lac. Selon différentes sources, il s’agirait du plus vieux château de Slovénie. Il entre dans l’histoire en 1004, lorsqu’il est offert aux évêques de Brixen. Depuis, il a subi de nombreuses modifications : doté d’une tour romane, de nombreuses fortifications vont s’y ajouter au cours du Moyen Age. Aujourd’hui, on y trouve un musée qui retrace l’histoire de la colonisation de Bled.

 

– Les gorges de Vintgar :

Située à 4km de Bled, Vintgar est un joyau de la nature slovène. Aménagées pour les visites (entrée payante), ces gorges de 1,6 km de long accueillent la Radovna et sont particulièrement connues pour la couleur de l’eau : de turquoise à émeraude, elle change au fil de la journée en fonction de l’ensoleillement. La visite se termine avec la cascade de Šum, de 26 mètres de haut.

Les gorge de Vintgar, proches de Bled
Les gorges de Vintgar proche de Bled

 

Mais Bled ne se visite pas au pas de course, ce village se découvre.

Prendre le temps de faire le tour du lac et aller approcher de près les cygnes, aller se balader pour voir le point de vue d’Ojstrica, se perdre au milieu des villages typiques autour de Bled, aller savourer le fameux « Kremsnita » ( le gâteau à la crème, spécialité de Bled) ou encore allier cette visite à celle de Bohinj comme je le propose ici en tant que court séjour… Les activités ne manquent pas !

Voici la dernière partie du guide complet sur la Slovénie, parlant de la culture slovène et de son tourisme. Vous pouvez retrouver les deux précédentes parties ici : partie 1 (informations pratiques et comment venir) et partie 2 (histoire)

Sommaire :


Culture

Les célébrations :

Les fêtes :

– 1er janvier : Nouvel An
– 8 février : fête de la culture et fête de Prešeren
– 27 mars: Pâques
– 28 mars : lundi de Pâques
– 27 avril : Jour de la résistance à l’occupant
– 1er et 2 mai : fête du Travail
– 25 juin : Fête nationale
– 15 aout : Assomption et fête de l’Adhésion des Slovènes du Prekmurje à la patrie après la Première Guerre mondiale – non férié
– 15 septembre : fête du Retour de la Primorska à la mère patrie – non férié
– 31 octobre : fête de la Réforme
– 1er novembre : Toussaint
– 23 novembre : fête de Rudolf Maister – non férié
– 25 décembre : Noël
– 26 décembre : fête de l’Indépendance et de l’Unité nationale

Les manifestations :

De nombreuses manifestations sont organisées toute l’année en Slovénie. Voici les plus connues :

  • Fête gourmande (du poisson, des olives et du vin) à Izola, le deuxième week-end de Juin.
  • Fête des kakis à Strudjan, en Novembre.
  • Carnaval de Ptuj (lien), en février-mars, célébrant l’héritage de la Slovénie avec la présence de kurents, symbole du pays.
  • Festival des salines à Piran, en avril, où l’on admire le départ des paludiers vers les marais salants.
  • Festival d’été de Ljubljana en juillet et août avec le plus grand festival musical de Slovénie.

 

Figures célèbres :

Les Slovènes sont très fiers de leur poète France Prešeren (1800-1849), dont la statue se trouve sur la place centrale de Ljubljana. L’hymne national du pays est d’ailleurs la 7e strophe de son poème Zdravljica.

Autre figure de la littérature slovène, Ivan Cankar (1876-1918) est surtout connu pour ses nouvelles, mais il fut aussi un poète, un dramaturge et un homme politique !

 

Les symboles nationaux

L’hymne national :

L’hymne national, tiré de la 7ème strophe d’un poème de France Prešeren, s’appelle Zdravljica et peut se traduire par « Un toast ».

Le voici en entier :

Živénajvsinarodi, (Vivent tous les peuples,)
kihrepenédočakat’ dan, (Qui aspirent à voir le jour,)
da, kodersoncehodi, (Où, là où le soleil suit son cours,)
prepirizsvetabopregnan, (La querelle du monde sera bannie,)
darojak (Où tout citoyen)
prostbovsak, (sera libre enfin,)
nevrag, le sosedbomejak! (Et pas un ennemi, mais le frontalier sera voisin!)

 

Le drapeau slovène :

drapeau-slovenie
drapeau-slovenie

Il se compose de trois bandes horizontales de même largeur de couleur blanche, bleue et rouge. Ces couleurs sont héritées du drapeau de la Yougoslavie. Un sceau figure en haut à gauche et représente le mont Triglav (qui signifie « trois têtes »), sommet emblématique du pays que tout Slovène doit gravir au moins une fois dans sa vie. Les deux ondulations représentent la façade maritime slovène  et les trois étoiles jaunes rappellent les armoiries des comtes de Celje, grande maison dynastique slovène. Envie de gravir  ce sommet ? Cliquez ici !


 

Les spécialités culinaires

A l’image du pays, situé entre mer et montagne, la cuisine slovène est riche des influences de tous ses voisins : Italie, Croatie, Hongrie, Allemagne, Autriche…

Les principales spécialités sont :

  • Le vin : parce qu’il n’y a pas qu’en France qu’on produit du bon vin, la Slovénie regorge de bons vins blancs grâce à la culture du welschriesling et du sipon, la variété locale du célèbre furmint hongrois.
  • La soupe : aux champignons ou à la viande, chaque Slovène commence son repas par une soupe chaude.
  • La saucisse de Carniole : spécialité de KranjskaGora, elle est élaborée à partir de viande de porc et de lard salé de premier choix, assaisonnée d’ail et de poivre, puis fumée.
  • Le börek, aussi appelé burek, est une pâtisserie salée. Très grasse, elle est fourrée au fromage frais, aux épinards ou encore à la viande.
  • Le gibanica : assez lourd, il est composé de graines de pavot, de fromage frais, de noix et de pommes. Dessert slovène par excellence, on le retrouve surtout dans la région de Prekmurje.

Retrouvez ici un livret avec toutes les spécialités culinaires slovènes détaillées.

 

Le tourisme

La Slovénie possède mille facettes. Vous pensiez que le pays vert par excellence était l’Irlande ? Laissez-moi vous dire que vous avez tort ! Ce pays aux 50 nuances de vert est idéal pour les randonnées, à pied ou a vélo en été, ou en raquettes en hiver.

Entre montagne et mer, il y a de nombreux sites à découvrir dans ce pays. Voici mes suggestions :

Ljubljana : la capitale, ville unique, moderne et pleine de vie, avec des points de vue splendides et un décor pittoresque. (article à venir)

Les thermes : c’est une vraie tradition slovène, et il y en a plus d’une dizaine dans le pays. Une activité détente parfaite pour l’hiver et très abordable. Retrouvez ici un des séjours que je propose : Bien-être à Olimia.

Bled : ville emblématique du pays avec son île (la seule du pays) au milieu du lac. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à lire cet article : « Slovénie : Zoom sur Bled ».

Les grottes : pays du karst, la Slovénie regorge de grottes à découvrir. Voici mes conseils sur votre visite des grottes en Slovénie, lire cet article

Le carnaval de Ptuj : événement folklorique majeur en Slovénie, il rassemble près de 100 000 personnes chaque année. En savoir plus sur le sujet, lire cet article :

La côte slovène : petite, mais gorgée de paysages magnifiques. Découvrez Piran, Izola ou encore Portoroz.

Découvrez ici l’histoire de la Slovénie, de la Préhistoire jusqu’à son entrée dans l’Union Européenne.
Vous pouvez retrouver les deux autres parties de ce guide ici : partie 1 (Informations pratiques) et partie 3 (culture et tourisme).

Sommaire :

 

Préhistoire :

Les ancêtres de l’homme peuplaient déjà le territoire actuel de la Slovénie il y a 250 000 ans. Deux outils en pierre datant de cette époque ont été découverts dans la grotte de Loza pri Orehku (au sud du pays).  L’os d’ours perforé de la grotte de Divjebabe, considéré comme la plus ancienne flûte du monde, est vieux de 55 000 ans.

 

La domination étrangère :

Du VIème  au XIVème  siècle :

En 748, le territoire passe sous le contrôle de Charlemagne, qui convertit la population au christianisme, qui est intégrée dans le Saint Empire romain germanique au IXème siècle. Le territoire reprend ses droits en étant dirigé par les comtes de Celje, unique famille noble slovène, avant de finalement tomber sous la domination des Habsbourg. Les pays peuplés de Slovènes ne sont ainsi plus morcelés ou dispersés. En contrepartie, l’affirmation du pouvoir central à Vienne entraîne un affaiblissement de l’autonomie des provinces. La germanisation des terres commence. L’allemand s’affirme comme la langue des élites, tandis que les paysans gardent leur identité slave. Le slovène est ainsi progressivement relégué au rang de dialecte paysan.

 

1809-1945

En 1809, Napoléon 1er fonde la république des Provinces illyriennes (Slovénie, Dalmatie et une partie de la Croatie) dans le but d’affaiblir l’Autriche. Il fait de Ljubljana sa capitale. Il donne aussi son statut actuel à la langue slovène, qui devient langue d’enseignement. Les Habsbourg reviennent dans le pays en 1814 mais les réformes apportées perdurent. Quatre ans plus tard, la révolution démocratique balayant l’Europe accroit la conscience politique et nationale des Slovènes. La Slovénie reste sous domination autrichienne jusqu’à la Première Guerre mondiale.

 

La Yougoslavie :

1ère Guerre mondiale :

Le 28 Juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche est assassiné à Sarajevo par Gavrilo Princip, un étudiant nationaliste serbe de Bosnie. Cela déclenche immédiatement la guerre entre l’Autriche et la Serbie et leurs alliés.

Pendant plus de trois ans, la guerre bat son plein. Les Slovènes se battent dans les rangs de l’armée austro-hongroise sur le front de la Soča. Le cours de la rivière  Soča dessine la ligne de front : autour de la ville de Kobarid, l’une des batailles les plus sanglantes de la Première Guerre mondiale s’engage. Il y a eu en tout plus de 12 batailles en deux ans, qui ont marqué la région de manière indélébile. On parle même du « Verdun » de l’Europe centrale.

En 1917, le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes est créé. Quand l’empire des Hasbourgs s’effondre à la fin de la guerre, le royaume se retrouve dirigé par la dynastie serbe des Karađorđević.

 

2nde Guerre mondiale :

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Slovénie est partagée entre l’Allemagne, l’Italie et la Hongrie. À l’issue d’une terrible guerre de résistance (menée en Slovénie par le Front de libération de la nation slovène, la branche locale des Partisans dirigée par Boris Kidrič), la Yougoslavie est reconstituée. La Slovénie devient la République populaire de Slovénie, État fédéré de la République populaire fédérative de Yougoslavie proclamée le 29 novembre 1945.

En 1945, la Slovénie rejoint la République socialiste fédérale de Yougoslavie. Elle passe derrière le rideau de fer pour plus de quatre décennies.

 

L’année 1980

Les Serbes et leur volonté d’asseoir leur hégémonie sur les autres républiques yougoslaves inquiètent la Slovénie. En effet, elle entretient des relations tumultueuses avec ses voisins capitalistes du Nord et de l’Ouest. Ces pays, en plus d’être une menace politique, sont aussi un fardeau économique. Cela renforce cette volonté d’indépendance des Slovènes. Quand Belgrade décide brusquement, en 1988, de mettre fin à l’autonomie du Kosovo, les Slovènes prennent peur. Souhaitant garder leur indépendance, ils se séparent de la Yougoslavie.

 

L’indépendance :

Au printemps 1990, après 45 années de domination communiste, la Slovénie devient la première république yougoslave à tenir des élections libres. Après un vote massif en faveur de l’indépendance (plus de 90%), le gouvernement slovène se prépare au combat, craignant un refus de Belgrade. Il se retire de la Fédération Yougoslave le 25 Juin 1991. Après une courte guerre de 10 jours, aucun territoire ou minorité n’étant vraiment en jeu, le gouvernement yougoslave accepte une trêve. La Slovénie se dote sur-le-champ d’une nouvelle Constitution et, le 15 janvier 1992, la Communauté européenne reconnaît officiellement le pays.

Elle intègre l’Union Européenne en mai 2004.

Voici la première partie du guide pratique sur la Slovénie. Vous pouvez retrouver les autres parties ici : partie 2 (histoire) et partie 3 (culture et tourisme)

Sommaire :

 

Informations pratiques

 

Situation

La Slovénie est un petit pays d’Europe centrale. Malgré une superficie d’à peine 20 273km², plusieurs grandes unités géographiques se rencontrent et offrent une très grande diversité de paysages.
Le pays partage ses frontières avec la Croatie, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie, et possède une petite côte de 50 km, le la mer Adriatique, au sud-ouest du pays.

Population

Avec une population de moins de deux millions d’habitants, la Slovénie compte parmi les plus petits pays d’Europe.
Le pays est peuplé à 90% par les Slovènes mais aussi par les Croates, les Serbes et d’autres minorités ethniques de l’ex-Yougoslavie. Avec 95 hab/m², la Slovénie se place parmi les pays les moins densément peuplés d’Europe.
Langue :
Deux régions sont officiellement bilingues : le Sud, avec le slovène et l’italien, et le Nord, avec le slovène et le hongrois. Cependant, il est très facile de se faire comprendre dans la langue de Shakespeare, car les Slovènes la parlent très bien. Quant au français, c’est une langue très peu répandue, mais ceux qui la parlent la maîtrisent totalement.

Religion

La Slovénie est un pays très religieux. Il n’est pas rare d’observer des églises ou des chapelles à tous les coins de rues.
Les Slovènes sont principalement catholiques (70%). Les autres communautés religieuses sont les chrétiens orthodoxes, les musulmans et les protestants.

Monnaie

Depuis son entrée dans l’Union Européenne en 2007, la Slovénie a adopté l’euro. Le pays a utilisé le dinar yougoslave comme monnaie jusqu’en 1991, année de l’indépendance slovène. Le tolar (1 EUR = 239,640 SIT – slovenski tolar) a alors été instauré jusqu’à l’entrée dans l’UE.

Le climat slovène

La Slovénie se situe dans une zone tempérée et, selon l’éloignement de la mer, du relief et de l’altitude, présente trois types de climat :
– Le climat continental tempéré : il règne sur la plus grande partie de la Slovénie. Les hivers sont généralement longs et froids et la saison estivale est courte, mais chaude.
– Le climat subméditerranéen : dans le sud-ouest de la Slovénie, ce climat se caractérise par des hivers doux et un ensoleillement optimal. Mais l’hiver doux est gâché par la Bora, vent froid et sec soufflant à plus de 200km/h sur le haut plateau karstique (Kras en slovène).
– Le climat alpin : il est propre aux Alpes, aux vallées montagnardes et aux hauts plateaux dinariques. Très agréable en été, lorsqu’il contre la chaleur écrasante des vallées, ce climat amène aussi beaucoup de précipitations et de neige pendant l’hiver.
L’enneigement est généralement bon dans le massif des Alpes juliennes et des Karavanke où, chaque année, sont organisés, les championnats de la coupe du monde de biathlon, sur le plateau de Pokjluka à 1300 m d’altitude.

 

Comment venir en Slovénie ?

Il y a trois options possibles :

– En avion :

Il est très facile de rejoindre la capitale slovène depuis Paris : plusieurs vols décollent chaque jour via Air France, Adria et Hop!.
La compagnie Wizz air propose également des vols au départ de Charleroi à prix très attractif.
De plus, sachez qu’il est possible de prendre un vol vers Venise (depuis Paris, Nice, Lyon, Genève et Bordeaux), puis une navette Venise-Ljubljana.

– En train :

Depuis Paris, il faut compter une douzaine d’heures pour rejoindre la capitale slovène. Ce n’est pas un choix que je conseille particulièrement, le trajet étant long et les changements multiples.

– En voiture :

Depuis les Vosges, il faut compter environ 9h de trajet (sans pause) pour arriver à Bled. Le plus simple à mon goût est de contourner l’arc Alpin en suivant les directions : Strasbourg – Stuttgart – Munich – Salzburg, puis de prendre direction Villach, et enfin de suivre Ljubljana. Si vous venez d’une ville située plus au Sud, il faudra compter entre 10 et 12 heures de trajet.
Si vous souhaitez évaluer votre temps de trajet, vous pouvez le faire grâce au site Via Michelin.
Attention cependant, quelle que soit votre destination de départ, votre trajet se fera essentiellement sur l’autoroute. Pour être autorisé à y rouler, vous devez vous acquitter d’une vignette. Ne plaisantez pas avec cela : en cas de contrôle, vous pouvez avoir 150€ d’amende minimum.

Ci-dessous, quelques prix :
Vignette en Autriche : 7,5€ pour 10 jours. Elle s’achète dans les stations essence en Allemagne et en Autriche mais également auprès de l’Automobile Club Alsace Vosges Belfort.
Vignette en Slovénie : 15€ pour 8 jours ou 30€ le mois. Vous pouvez l’acheter quelques kilomètres avant la frontière dans les stations services autrichiennes ou italiennes.
A noter que pour les camping-cars et véhicules de plus de 3,5T, le paiement continue de s’effectuer via des péages classiques. Pour ce qui est des limitations de vitesse, elles son les mêmes qu’en France.
Petite astuce : si vous arrivez par Villach, vous êtes autorisé à passer le tunnel des Karavanke et à prendre la première sortie vers Jecenise sans être obligé de posséder la vignette slovène.

Pour cet article, ce n’est pas Fabien que vous retrouvez, mais Laura. Actuellement en Bac +3, je suis sa stagiaire pour quatre mois et j’ai eu la chance de pouvoir participer à un affût à l’ours. Retour d’expérience.

 

Sommaire de cette journée à l’affût de l’ours en Slovénie

La matinée

La journée commence officiellement à 9h. Enfin, pour Fabien et moi-même, beaucoup plus tôt, car il a fallu préparer la journée en amont pour que tout se déroule bien. A 9h donc, nous retrouvons un couple devant l’office de tourisme de Cerknica. Sur une carte détaillée, Fabien nous explique où nous sommes, ainsi que le programme de la journée et les raisons de la présence d’ours en Slovénie. Au programme du jour : une randonnée de deux heures, un déjeuner sur les hauteurs et le fameux affût à l’ours.

Après une demi-heure d’explications, nous partons en minibus vers le sommet de Sivilnica. L’ambiance est très détendue et amicale, et nous discutons de sujets variés. Nous enchaînons ensuite sur la randonnée qui, au final, aura duré 2h30. Avec l’aide de Fabien, nous nous lançons à la recherche d’indices révélant la présence d’ours. Comme il a beaucoup plu la veille, la terre est assez molle. Il est assez difficile de reconnaître à quelle espèce appartiennent les traces que nous voyons, mais grâce aux connaissances de Fabien, nous identifions une empreinte d’ours brun. Durant la balade, nous observons aussi les arbres, de nombreux ours y frottant leur pelage ou leurs griffes, et Fabien en profite pour nous parler de la flore et de la faune qui contribuent à la vie de cette forêt.
Nous nous arrêtons en chemin sur un site d’appâtage (non utilisé bien sûr), et Fabien nous explique comment les chasseurs y attirent les ours.
Nous retournons ensuite tranquillement vers le minibus et nous dirigeons vers un refuge au panorama spectaculaire sur le lac saisonnier de Cerknica.

L’après midi

En début d’après midi, nous rejoignons sur le terrain le contact de Fabien, un chasseur reconverti dans l’observation de l’ours, qui nous distribue du maïs à disposer autour de notre affût.
Après un autre trajet assez court pour rejoindre le cœur de la forêt, nous marchons une dizaine de minutes afin de rejoindre notre affût. Fabien nous explique alors la règle de base : éviter le moindre bruit, car les ours bruns ont l’ouïe très fine. Nous devons donc faire attention à ne pas parler ni même trop bouger : les vibrations du bois pourraient éveiller l’attention de l’ours. Pendant que Fabien dissémine le maïs sur le sol, nous nous installons dans notre affût situé en hauteur, sous une chaleur accablante. Il est presque 15H.

L’attente est assez longue. Pour être honnête, ne pas parler pendant plusieurs heures est assez difficile. Vous avez donc tout intérêt à prendre un livre. Je vous conseille aussi de faire comme moi et d’apporter un éventail, pour la chaleur ! Aujourd’hui, nous avons attendu jusqu’à 17H30 avant d’enfin apercevoir un ours. Ou plutôt, une ourse, accompagnée de ses deux petits. Après plusieurs minutes d’observation, nous décidons de sortir les appareils photos. Au final, j’ai pu prendre plus de 40 photos, l’ourse et ses oursons se laissant facilement photographier. Vous pouvez retrouvez un aperçu ci-dessous.
Après une bonne demi-heure, la petite famille s’en va. Nous attendons quelques dizaines de minutes, pour la sécurité, avant de partir à notre tour. Il est 18h30, et après une journée sportive sous un soleil éclatant, il ne me tarde plus qu’une chose : prendre une bonne douche !

En résumé, faire un affût à l’ours est une expérience incroyable. Caché dans une cabane en bois, on est en totale immersion : l’ours apparaît à seulement quelques mètres devant nous ! De plus, les connaissances de Fabien nous permettent de découvrir en détail l’environnement dans lequel évolue l’ours. C’est une expérience que je recommande absolument. Vous aussi, approchez le roi de la forêt lors de nos séjours affûts à l’ours !

ours slovénie

Si vous voulez voir plus de photos de cette journée, cliquez ici.

 

La Slovénie compte plus de 8000 grottes, dont une soixantaine sont ouverte au public. Les plus connues sont celle de Postojna et de Škocjan. Via cet article, je vais vous présenter ces deux dernières.

 

Postojna Jama ou le parc d’attraction slovène

Principale attraction touristique de la Slovénie, cette grotte (jama en slovène) a déjà attiré plus de 30 millions de visiteurs. Elle sont les plus visitées d’Europe et on comprend pourquoi : avec plus de 20km de cavernes et de galeries, c’est une véritable merveille du monde souterrain.

Mais avec une distance aussi grande, impossible de tout visiter à pied. Depuis 185 ans, date de la mise en tourisme, la majeure partie de la visite se fait via un train électrique. Des guides (5 langues différentes) accompagnent donc les touristes via cette « randonnée » d’1h30 où s’enchainent les galeries illuminées.

 

Le saviez-vous ? Cette grotte est remplie de dragons. Ou du moins, d’un animal qui y ressemble : un protée anguillard. Sorte de salamandre, cet animal ne vit que dans les grottes et se reproduit que tous les 15 ans environ. Evénement exceptionnel donc, l’un d’entre eux vient de naitre à Postojna, et sera bientôt suivi d’une vingtaine de naissances. Vous pourrez apercevoir ces petites créatures dans un vivarium à la fin de la visite de la grotte. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Par contre, principale attraction touristique oblige, les prix sont assez cher. Comptez 24€ en plein tarif pour la visite de la cave seule, 32€ pour la grotte, l’exposition et le vivarium. Il vous faudra débourser 44€ si vous souhaitez y rajouter la visite du château de Predjama, situé à une dizaine de kilomètre, dont la particularité est d’être encastré dans une falaise. Retrouvez tous les prix sur le site officiel.

 

Skocjanske jame, slovénie UNESCO
Skocjanske jame, slovénie

Škocjanske Jama, le joyau à l’UNESCO

Située dans le karst de Škocjan, au sud-est du karst classique, cet ensemble de grottes a été creusée par la rivière Reka, qui se perd sous une paroi rocheuse sur laquelle se situe le village du même nom. Déjà connue et visitée au mésolithique (il y a plus de 5 000 ans), les premières sources écrites sur les grottes datent de l’Antiquité par Posidonius d’Apamée  (135 – 50 av. JC). Par la suite, les grottes apparaissent sur de vieilles cartes imprimées et même dans des peintures : le peintre français F. Cassas (1782) reçu plusieurs commandes, ce qui montre que les grottes étaient considérées comme la plus remarquable curiosité de la région.

Il est assez difficile de déterminer de début du « vrai tourisme » mais il peut se situer autour de l’année 1819, date à laquelle un escalier menant jusqu’au fond de la Velika Dolina est construit. La même année, un livre des visiteurs est mis à disposition. Puis, pendant près d’un siècle, il n’y a eu aucune découverte spéléologique importante. Jusqu’en septembre 1991 où deux spéléologues découvrirent de nouveaux conduits et lacs.

Avec plus de 6km de galeries et une profondeur de 223m, des experts internationaux s’accordent à dire que ces grottes constituent l’un des trésors de la terre. C’est donc tout naturellement qu’en 1986, les grottes sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Le saviez-vous ? Ces grottes sont l’habitat classique de la campanule,  plante vivace aux fleurs violettes, mais aussi de trois espèces de chauve-souris différentes dont la chauve-souris fer à cheval.

La visite de ses grottes commence dans une doline appelée Globočak, où un couloir artificiel creusé en 1933 mène dans une grotte naturelle. Le sentier descend ensuite vers le sud-est, passant par la salle d’effondrement (Podorna dvorana), et continue à travers le labyrinthe (Labirint). Enfin, le conduit s’élargit pour devenir la Grande salle (Velika Dvorana), qui contient des énormes stalagmites  de 15 mètres. A la sortie de la salle, les visiteurs découvrent l’imposant canyon souterrain de Reka. Ils enchainent par le pont de Cerkvenikov et passent dans les salles de Müller et de Svetina pour rejoindre le point le plus bas du sentier touristique, à 150m sous terre. Enfin, ils montent dans la salle des cuvettes (Dvorana ponvic), tirant son nom des concrétions en forme de bols formées sur une pente, et revoient la lumière du jour dans la Schmidlova, qui s’ouvre sur les cascades dans la Velika Dolina.

Moins touristiques que celles de Postojna, ses prix sont aussi plus abordables. Comptez de 16 à 21€ en tarif plein selon l’offre choisie. Plus d’informations sur le site officiel.

 

Mais pas que ..

Enfin, si vous souhaitez vous aventurer hors des sentiers battus, dirigez vous vers les grottes de Križna et Divaška. Très peu connues des touristes, vous ne pouvez les visiter que par petits groupes accompagnés d’un guide. Pas d’éclairages (juste une lampe frontale prêtée) ni de de petit train électrique . Vous découvrirez ces grottes « au naturel ».

Si vous souhaitez en savoir plus sur les grottes en Slovénie, je vous invite à regarder ce reportage diffusé sur Arte.